16 décembre 2009

25 000 kilomètres en Amérique



Près de 5000 km, à une vitesse moyenne de 65 km à l'heure... Environ 85 heures de route...

Petit train va loin
Nous avons réussi! KuuK a tenu le coup du retour! Une chance inestimable, voire presque impossible selon les mécanos! De Tuscon en Arizona (d'où je vous écrivais le message précédent annonçant la fin du périple), nous avons traversé diagonalement les États-Unis pour revenir au 16 rang 6, Saint-Onésime d'Ixworth au Québec, notre point de départ, il y a 14 mois...

Le mot de la fin
Ce message sera donc le dernier d'une grande aventure... Nous avons parcouru plus de 25 000 kilomètres à travers l'Amérique pendant 14 mois. Un voyage d'une telle intensité ne pouvait qu'avoir une fin un peu dramatique! Du moins, c'est ce qu'on se dit!


Agrandir le plan
Aperçu global de notre itinéraire

Luxe et confort
Nous voici maintenant de retour au Québec où nous nous sommes installés à Saint-Ferréol-les-Neiges. Après presque un an et demi de vie dans un espace réduit, nous profitons bien évidemment du grand confort d'un appartement!!! Dans notre luxueux quatre et demi, l'eau chaude coule des robinets, nous avons une douche personnelle, notre cuisine est très grande et nous disposons d'un four... Wow! Tant de petites choses qui au quotidien représentait pour nous beaucoup d'organisation « À bord de KuuK »...

Partie remise
Nous profitons donc amplement de tous les avantages de la fin préméditée de notre voyage. Bien sûr, une pointe d'amertume nous habite en ce sens où nous avions tant rêvé et préparé notre voyage de surf en Amérique Centrale... Ce n'est que partie remise! On ne pouvait pas tout contrôler, alors nous regardons vers l'avant, tournons la page fièrement et nous nous concentrons sur d'autres projets de vie. L'Amérique Centrale ne bougera pas, nous la visiterons bien à un autre moment. ;-)

Images de la traversée du retour
Disons que nous n'avions pas trop le coeur ni la tête au tourisme... Tout au long de ces 4700km nous avions plutôt les doigts croisés sur le volant en espérant très fort que le ou les morceaux de la transmission en liberté ne coincent pas et brisent ce qu'il reste de potable dans cette transmission! Ouf! Merci KuuK!


Paysage de l'Arizona

Nous nous sommes donc relayés au volant, au rythme des différents états américains, alternant chacun notre tour entre le lit et la place du conducteur, nuit et jour.


Levé de soleil sur la route dans l'état du Nouveau-Mexique


Paysage salé, Nouveau-Mexique

KuuK au repos
Nous avons installés confortablement KuuK à la campagne le temps de penser à ce qu'on ferait de lui. Pour l'instant, c'est encore trop sentimental pour prendre une décision. On le réparera certainement au printemps pour le vendre éventuellement... Avis aux intéressés!!! Les enchères sont ouvertes!!! :)


KuuK se repose les quatres fers en l'air, déjà recouvert du manteau blanc qui le préservera cet hiver... Chambre d'hôte extérieure disponible dans le Bas-du-fleuve!

Retour au patelin
Voici où nous habitons présentement. Une grande maison divisée en trois appartements. Bienvenu aux visiteurs!


Dernière ligne
Merci à vous tous qui nous avez suivi tout au long de notre périple. Merci de vos bons mots et commentaires chaleureux. Nous sommes étonnés chaque jour de rencontrer des gens qui nous disent avoir suivi nos aventures, ça fait chaud au coeur!

Notre aventure « À bord de KuuK » nous a apporté énormément sur le plan personnel. Nous en ressortons enrichis, grandis, plus complices que jamais et plus amoureux que jamais!

Ce fût aussi une expérience enrichissante de publier régulièrement textes et photos sur ce blogue. Nous le recommandons vivement à qui que ce soit, peu importe le projet de voyage.

Comme je ne sais pas comment écrire ma dernière ligne, je vous dis simplement :

À une prochaine aventure!

Et nous versons, Théo et moi, une larme mêlée de bonheur et de nostalgie...

13 novembre 2009

Fin du périple


KuuK dans ses derniers instants de jouvence dans le désert d'Arizona

Chers lecteurs, nous voici maintenant dans le sud de l'Arizona, à Tucson, juste avant la frontière du Mexique. Nous sommes arrivés hier, dans des circonstances incontrôlables et un peu décourageantes... Avant de vous raconter la fin de notre périple vers le sud (de Ojai à Tucson), je vais d'abord vous décrire la situation.

Bad trip
Depuis notre départ de l'Alaska, nous préparons notre périple vers le sud avec en tête le Costa Rica comme destination ultime. Notre préparation incluant : vaccins, assurances médicales, assurance pour KuuK, inspection mécanique et réparations qui s'en suivent, réparations électriques, nouvelle paire de pneus pour l'avant, préparation de tous les papiers nécessaires pour traverser la frontière, préparation mentale, préparation physique pour le surf, etc. En bref, beaucoup d'investissements d'abord financiers, mais aussi temporelles et sentimentales.

Quelques kilomètres avant d'arriver à Tucson, où nous allions visiter les cousins Marseillais Norbert, Coralie et compagnie ainsi que terminer le bichonnage de KuuK avant son passage en terre Mexicaine, KuuK a fait un gros caprice... Nous roulions sur l'autoroute quand tout à coup, un bruit métallique puissant, puis, KuuK qui rétrograde en troisième vitesse sans crier gare. Ouf! On croyait qu'une partie de KuuK s'était détachée tellement le bruit était fort et inhabituel. On s'arrête à la sortie la plus près, souffle un peu, fait le tour du bus, demande l'avis d'un mécano... Mauvaise nouvelle... Soit c'est un « sensor » qui ne fonctionne plus et qui fait que KuuK ne veut plus passer en quatrième vitesse, soit c'est la transmission qui s'est brisée. La deuxième hypothèse est plus plausible selon le bruit entendu et aucun voyants lumineux ne semble clignoter ou apparaître...

On reprend quand même la route jusqu'à Tucson, direction Ghini's caffe French la Baguette tenu par les cousins, à la recherche d'un peu de réconfort. KuuK roule quand même, mais en basse vitesse, si on essaie d'aller à plus haut régime il émet des sons qui nous disent que ça ne sert à rien d'essayer... Nous ne sommes pas mécanos, mais ça n'en prend pas plus pour comprendre que la transmission est à nettoyer, réparer, reconstruire ou simplement à remplacer... On ne s'affole pas trop, du moins on essaie; c'est la fin de la journée, on verra le lendemain dans un garage le verdict des pros.

Transmission impossible
Après une nuit d'insomnie, c'est dès 7h que l'on se rend chez un spécialiste des transmissions. Verdict : c'est bien ce qu'on pensait, c'est fatal. C'est la goutte qui ne peut pas entrer dans le vase, c'est une réparation qui hypothèque le reste de notre voyage... La réparation à elle seule dépasse notre budget en diésel pour descendre plus au sud et remonter. Le risque de réparer et de se limiter à la visite du Mexique n'est pas non-plus envisageable vu le coussin financier « en cas d'autres problèmes » qui serait alors inexistant. Et le risque de ne pas réparer du tout et de partir quand même à l'aventure vers le sud, serait une décision inconsciente et stupide.

Solution : retour au Québec
On a décidé, après plusieurs conseils des uns et des autres, de se fier à notre intuition qui nous dit : changement de plan, rebondissons vers le Québec et puis on verra rendus là-bas. Le truc, c'est qu'il faut quand même se rendre et ce n'est pas la porte d'à côté... Nous prenons bien évidemment un risque en partant dès demain matin, en troisième vitesse, pout, pout, pout, en diagonal à travers les États-Unis, chemin le plus court, sans réparer KuuK... C'est tout de même ce qu'on va essayer de faire. Le réparer maintenant ou plus tard si la transmission décide de ne plus du tout fonctionner, revient au même coût de toute façon...

On se lance donc dans une autre aventure, on essaie de le ramener au Québec tel qu'il est maintenant. Si on se rend YOUPI, sinon tant pis. - On trouvera une autre solution. - On a une assurance CAA qui fonctionne partout aux États-Unis et Canada; en cas de panne on se fera remorquer au garage le plus près et on verra pour le reste. À suivre...

Positif de l'histoire
  • Chanceux que ça arrive de ce côté de la frontière!
  • On a tout de même fait un merveilleux voyage qui restera graver dans nos mémoires à jamais comme une expérience positive.
  • On est en santé.
  • On va revoir famille et amis du Québec bientôt.
  • Les craintes (bien que contrôlées) associées aux risques du périple sur route en Amérique Centrale disparaissent.
  • Il faut se l'avouer, on commençait à se sentir un peu à l'étroit après plus d'un an de vie dans un si petit espace. Les rêves de confort sont plus fréquents. Malgré nos belles motivations , ça nous mine parfois le moral.
  • L'Amérique Centrale et du Sud ne bougeront pas, on pourra toujours y aller par d'autres moyens.
  • On fera finalement du « snowboard » et du ski de fond cet hiver.
  • Apo est complètement hors de danger de ramener des « bebittes ».
  • Je risque moins de me faire bouffer par un requin, Théo de se faire piquer par une raie (il faut savoir que ça lui est arriver près de Santa Barbara ;-) ...) Hahaha.
  • Si et c'est un grand SI, on se rend sans trop d'embûches, il nous restera de l'argent pour partir dans une destination surf en janvier ou février. Sinon, on trouvera une façon que ce soit possible de toute façon.
  • Plein d'autres projets en tout genre se concrétiseront.
  • Nous ressortons de cette aventure plus fort que jamais.
  • Rien n'arrive pour rien.
Négatif de l'histoire
  • Ça ne sert à rien de faire la liste des points négatifs, ça ne changera rien, on n'y peut rien.
  • Cap sur le sud À bord de KuuK est devenue une mission impossible.
Alors, nous vous demandons de nous envoyer, des millions d'ondes positives dès demain matin afin que notre traversée vers l'est soit, elle, une mission possible.

Dernière partie du Cap sur le sud


Reprenons depuis Ojai, d'où nous avons quitté la communauté Full Circle Farm en direction de la grande Hollywood. Voici quelques photos quétaines-touristes de notre séjour de deux jours à Hollywood.


Ouououou Bruce!


Ma belle Marylin de cire! (Vous ne savez pas où est la main droite de Théo!?!)


Apo sourit à la « Arnold » !

Le lendemain de notre arrivée dans la ville des stars, nous sommes allés surfer à Malibu. Très petites vagues, agréables et douces sur un longboard.


Théo « Alerte à Malibu »!

Sur la route, vers Palm Spring, des champs d'éoliennes à perte de vue. Impressionnant et gracieux. J'ai déclenché à travers la vitre et ça a donné cette photo que j'aime beaucoup. Mystique, à la tombée de la nuit, les éoliennes dans le désert faisait office d'arbres parmis les cactus.



Pour la suite, CARPE DIEM.

8 novembre 2009

Cap sur le sud



Automne interminable
Par où commencer ? Il me semble que ça fait une éternité que j’ai écris... De Vancouver, nous avons roulé sur la côte ouest des États-Unis en longeant l’océan Pacifique avec aussi quelques escapades à l’intérieur des terres. Vues prenantes sur la mer, végétation de plus en plus variée et l’impression d’avoir vécu un automne interminable du Yukon à la Californie... En effet, nous avons vu et revu le changement de couleur des feuillus du nord au sud! Finalement c'est l’été dans le sud de la Californie, à Ojai, d’où je vous écris.

Afin de mieux vous situer voici une carte récapitulative de notre route depuis Vancouver...


Agrandir le plan

Aussitôt « on the road again » nous avons rejoint la côte Pacifique le plus tôt possible. L'envie de voir la mer et de sentir l'air salin nous a d'abord guider vers « National Olympic Park » dans l'état de Washington. C'est à partir de là que nous avons suivit l'autoroute 101 sud pour un bon moment. Au début nous avons roulé pas mal afin d'atteindre le plus tôt possible la chaleur.


Paysage côte ouest Oregon


Plage où des milliers d'otaries se reposent et jouent dans l'eau et dans le sable


Paysage de la côte


Un matin tôt, ballade sur la plage de Californie


Le même matin, trop contents d'être au bord de la mer... en Californie!!!

Un peu plus bas, nous nous sommes arrêtés dans la Parc national Redwood, là où les arbres sont gigantesques.


Théo le petit lutin qui descend de son arbre

Nous avons campé une nuit dans le parc, au bord de la mer, au camping Gold Bluffs Beach... C'était simplement parfait. C'était nuageux, mais l'endroit était sublime. Les conditions étaient cependant trop difficiles pour le surf et l'eau très froide. Nous avons décidé d'attendre plus au sud pour profiter des vagues sur nos planches.


Gold Bluffs Beach campground, Redwood National Park, California

Peu après, l'appel du vin nous a poussé bifurquer à l'intérieur des terres. Paysages magnifiques, rappellant la France, vallées vertes, vignes à perte de vue... Que du bonheur!

Vignoble de la vallée de Mendocino

Première dégustation chez Landmark, dans la vallée de Sonoma. Nous apprécions là un Pinot noir 2006 sublime. Nous sympatisons avec le monsieur qui s'occupe de nous; il insiste pour que l'on reparte avec une bouteille complètement hors de notre limite budgétaire, mais « it's your honeymoon bottle » dit-il.


Dégustation à la maison Landmark


Dégustation à la maison Landmark

Il est 11h et nous en sommes à notre deuxième dégustation chez Deerfield, toujours dans la vallée de Sonoma. Nous faisons la connaissance de Rick, qui nous retient prisonnier de la cave et nous force à goûter tous les meilleurs crus... Ouf! Nous découvrons d'ailleurs notre meilleur vin blanc à vie : Chardonnay 2007, Deerfield... divin! Très généreux, Rick nous offre aussi une bouteille! Nous ressortons de la cave avec une envie de siesta et une vision un peu trouble...


Notre vision de la cave chez Deerfield trois heures après notre entrée...

Après un petit repos, nous reprenons la route vers San Francisco. Trop tard, trop fatigués pour entrer en ville, nous décidons d'éviter le traffic et de rester de l'autre côté du pont pour la nuit. Du même coup, nous pouvons aussi profiter de la vue sur le « Golden Gate Bridge ».


Dodo au bord du Golden Gate Bridge

Pendant la nuit, au moment même où nous étions en train de se doucher à l'improviste dans une bassine parce qu'il faisait très chaud, KuuK s'illumine soudain de lumière bleu et rouge... La police! Nous l'attendions, mais bon, l'officier de San Francisco aurait pu choisir un meilleur moment... Couvert de savon, Théo passe la tête à l'extérieur du bus... « Yes, sir, yes, we were too tired to drive in the city at night, so we decided to camp here overnight... Is that fine for tonight? » L'officier de répondre : « Okay, fine for tonight, but you have to leave early morning, before the sunrise. » Parfait, permission obtenue, nous sommes sous la protection de la police et pouvons dormir ici cette nuit...

Quelques heures plus tard, à 5h30 a.m., un son de sirène, nous tire de notre sommeil (je dirais de façon assez brutale), avec le gros projecteur braqué sur KuuK, la voix de monsieur le policier dans le microphone de sa voiture qui nous dit : « It's time to go now, it's time to go! ». Rapidement nous avons quitté les lieux et traversé le Golden Gate Bridge dans la noirceur du petit matin. Nous avons trouvé une plage à l'ouest de la ville où nous avons compléter la troisième partie notre nuit.


Golden Gate Bridge et San Francisco à la tombée de la nuit

Un peu plus tard, petit déjeuner dans le quartier hippies Haight Ashbury, ballade au centre-ville, visite du « Chinatown » et tour guidé À Bord de KuuK dans les rues de San Francisco.


KuuK dans « Chinatown », San Francisco


Théo tête d'affiche

Nous reprenons la route vers Carmel-by-the-sea, où nous sommes attendus le lendemain chez notre ami Jerry, rencontré sur le ferry direction Alaska plus tôt cet été.


Pebble beach club

Surprise! Voici où il nous attend : au Pebble Beach Club! Le propriétaire du « resort » est Clint Eastwood! Jerry nous a préparé une carte d'accès au « beach club » pour trois jours. Nous pouvons faire ce qu'on veut, utiliser les douches de luxe, le gym, le sauna, la piscine avec vue sur la mer et sur le célèbre « Pebble beach golf course »!!! Wow! Inespéré, innatendu, incroyable! Après toute cette route nous étions bien contents de s'arrêter dans un endroit comme celui-là. Jerry et son partenaire Michaël nous traitent aux petits oignons, nous visitons aussi leur maison le temps d'un bon souper. Imaginez KuuK stationner juste à côté de mercedez, porches et ferraris! Quel contraste! Nous avons pu dormir là sans problème les deux premières nuits. À la troisième nuit, Monsieur Gonsalez, chargé de la sécurité de l'endroit, débarque et nous demande de partir. Il ne croit pas qu'on a la permission d'être là, on essaie de discuter sans succès, «this is my job, and my job is my job »... Finalement, un gardien de sécurité plus gentil arrive et nous prend en charge il nous dit de le suivre avec un cin d'oeil et nous trouve un endroit pas trop loin, hors de la vue de Gonsalez, où l'on peut finir notre nuit en toute tranquillité.


Vue sur le « Pebble Beach Golf course » et « Carmel beach »

Propres outrageusement (nous avons bien profiter des douches de luxe) et bien reposés, nous repartons sur l'autoroute 1, direction Big Sur, où nous passerons une nuit sous les grands arbres, à l'abri des grands vents de la mer qui soufflaient vigoureusement.


Paysages de la côte vers Big Sur

Le lendemain encore un peu plus de route en direction de Ojai, juste en-dessous de Santa Barbara. Petit détour par Paso Robles afin de dénicher une bonne bouteille pour nos amis Marie, Shane.


Paysage sur la route, au-dessus de Paso Robles


Nous heureux :)

Nous avons aussi croisé des « sea elephants » le long de la côte. Ils sont là par centaine à se faire dorer la couenne! Tout qu'un spectacle!


Des jumeaux


Au jeu


Le plus gros!

Nous arrivons enfin à Ojai, où nous passons un peu plus d'une semaine, dans la communauté de hippies-végétaliens où habitent nos amis. Nous mangeons avec eux tous les soirs dans la cuisine commune, les gens sont super sympas. Théo a aussi construit une cabane à poule portative. Endroit très charmant, d'où nous garderons un excellent souvenir de la Californie. Arbres fruitiers, bambous et cactus font maintenant partie du décor quotidien!


Full Circle Farm

Nous avons passé de superbes moments à Ojai avec nos amis Marie, Shane et Pako leur petit garçon... À la ferme, sur la plage, aux « hots springs », dans la mer à surfer... Malheureusement pas beaucoup de photos de surf, puisqu'on est toujours tous les deux dans l'eau... Ça viendra plus tard dans le voyage!


Hot Springs naturels, vallée de Ojai


KuuK en préparation pour la suite du voyage : Mexique!

Nous sommes maintenant prêts pour la suite : Mexique! Nous partons ce matin direction Hollywood où nous allons passer la soirée avec une amie. Demain nous reprendrons la route vers l'Arizona et nous passerons dans quelques jours la frontière du Mexique à Nogales... À suivre bientôt.

13 octobre 2009

Vancouver encore


Au pied du Science World Center, Vancouver

Vancouver, quelle belle ville! Lors de chacun de nos passages nous avons été ravis par la verdure, les nombreux parcs, la diversité, les marchés colorés, la proximité de la mer et, surtout, la bonne bouffe! Après plusieurs mois de restriction, du au coût de la nourriture au Yukon et à Whistler, nous nous payons la traite dans les marchés de Vancouver... Saucissons, pain au noix, comté, fruits et légumes frais et, au passage, quelques suhis et soupes thaï! Le grand luxe!

KuuK a aussi subi une inspection mécanique qui nous a révélé qu'il était en très bon état! Nous changerons les deux pneus avant dans le sud de la Californie, ils seront assez usés à ce moment-là. Nous avions une fuite de diésel à réparer, même problème que l'on avait eu dans le North Dakota... Coup de chance! C'était garanti! Nous étions très contents d'avoir fait affaire avec Ford il y a moins d'un an; dans dix jours elle aurait été expirée... Ouf, juste à temps!

Vendredi nous prendrons donc la direction de la Californie! Youpi!

En attendant, voici quelques photos de Vancouver.


Motards dans Gastown, Vancouver


Théo Samourai à l'entrée du petit jardin d'Asie de Chinatown, Vancouver


Un poisson dans le ciel de Chinatown, Vancouver


Ciel d'une ruelle du « downtown », Vancouver


Sans-abri, Vancouver

5 octobre 2009

Boucle nord bouclée!



Bilan
Ça y est, notre boucle au nord est bouclée ! Il y a un an, ou presque, nous quittions Saint-Onésime d'Ixworth pour traverser le Canada et aboutir à Pemberton. Ça fait donc 365 jours que nous habitons dans moins de trois mètres carrés d'espace. Nous sommes maintenant passé maîtres dans l'art de « sort tout-range tout », « camper-décamper », remplir et vider, trouver des connexions Internet gratuites, trouver une douche ou fabriquer une douche, etc. Notre espace vital, si petit soit-il, nous a assuré le confort et l'intimité imaginés en aménageant KuuK. La liberté d'être propriétaires partout où l'on se stationne, le changement de décor quotidien et la diversité du terrain de jeu sont autant d'avantages qui nous font apprécier la vie à l'étroit et rire des inconvénients qui y sont parfois rattachés.


Muncho Lake surplombé par la partie la plus au nord des montagnes Rocheuses, Alaska Highway

Aurevoir Yukon! Ciao Alaska!
Nous avons donc quitté le Yukon le 25 septembre avec la tête bourrée de souvenirs et le cœur rempli d’émotions.

Voici quelques images de l'Alaska Highway et de ses habitants.


Bébé ours et maman ours broutant sur le bord de la route à moins de dix mètres de nous


Bison, on a aussi vu des troupeaux au crépuscule, c'était vraiment impressionnant de les voir en liberté comme ça...


Caribous sur la route, il fallait conduire prudemment parce qu'il y en avait partout dans les parcs provinciaux traversés.


Femelle et mâle caribous, d'un peu plus près


Chèvre de montagne


Sign post forest, Watson Lake, Yukon.(http://www.yukoninfo.com/watson/signpostforest.htm)


Paysages du nord de la Colombie-Britannique

Retrouvailles Whistleriennes
Nous nous sommes arrêter à Whistler quelques jours afin de passer du bon temps avec les amis avant de reprendre la route, aujourd'hui, en direction de Vancouver pour une semaine de rendez-vous : vaccins, dentiste, médecin, inspection mécanique, etc.


Au sommet de notre rando et du bonheur aussi...

Le lendemain de notre arrivée à Pemberton, chez Olivier, nous sommes partis faire une petite randonnée vers Anniversary Glacier, dans le secteur du lac Duffey. Nous sommes montés jusqu’au refuge Keiths, un super refuge : bien entretenu, bois livré en hélicoptère périodiquement, vue prenante sur le glacier et les montagnes environnantes… Endroit idéal pour respirer l’air frais des montagnes et se dégourdir les jambes après plus de 3000 kilomètres sur l'Alaska Highway.


Le refuge Keiths


On se sèche au bord du feu

Une fois nos sacs déposés au refuge nous avons fait une petite escapade dans la neige vers le glacier.


Théo et Oli sur la moraine du glacier


Vue du refuge